Revue de presse

Revue de presse

0
Le scandale de la fuite des épreuves du BAC en exergue dans la presse cette semaine
La presse parue en Mauritanie cette semaine a abondamment commenté un scandale relatif à la fuite des  sujets du baccalauréat, notamment pour certaines matières, dont les épreuves ont débuté lundi dernier sur toute l’étendue du territoire national.
La manchette de l’hebdomadaire « Biladi » du mercredi est barrée par une photo du ministre de l’éducation nationale, Bâ Ousmane et  assortie d’une annonce « examen du baccalauréat : fuite massive des épreuves ».
 Fort d’une certitude inébranlable, ce journal ajoute « c’est bien réel et vérifié. Les épreuves du baccalauréat, l’unique examen encore organisé plus ou moins correctement organisé dans notre pays, ont été massivement distribuées avant l’heure conventionnelle. Les pouvoir publics ignorent encore royalement l’affaire ».
 Pour sa part« Le Quotidien de Nouakchott » du mardi enchaîne en  annonçant que « des candidats au baccalauréat ont  triché par WattsAPP ». Le même  organe enfonce le clou  et  fustige « les web tricheurs du Baccalauréat 2015.Les épreuves de physique chimie pour la série scientifique de la première session du BAC juin 2015 ont fuité. Une enquête a été ouverte pour déterminer les responsabilités selon un aveu du Directeur de l’évaluation au ministère de l’éducation nationale, Mr Yedaly Ould Meguett ».
Quant au quotidien « l’Authentique » du jeudi, il estime que « l’ampleur des fuites justifie l’annulation des épreuves. Le baccalauréat 2015 a été dominé par l’intelligence des Smartphones plus que par le génie des candidats. Le directeur des examens a reconnue l’ampleur des fuites qui ont vidé l’examen de sa crédibilité et de sa légitimité.
En attendant, la réaction des autorités, des milliers de voix s’élèvent pour réclamer l’ouverture d’une enquête ».
Constat désolant de la part du magazine  « Mauritanies » qui rappelle que  2015, proclamée année de l’enseignement par le président Mohamed Ould Abdel Aziz « finit en fiasco » citant ainsi un responsable de l’opposition qui insiste sur « l’ampleur des irrégularités ».
Source : PANA    

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE