A quand la sécurisation des établissements secondaires ?

A quand la sécurisation des établissements secondaires ?

0

« 2015, Année de l’enseignement » ou de l’éducation comme le disent certains. Peu importe l’appellation ! S’il y a, en tout cas, des défis énormes à relever en vue de remédier aux problèmes de l’éducation en Mauritanie, la sécurisation des établissements devrait, elle aussi, être en première ligne.

Nous avons bien remarqué ces derniers temps une forte implication des autorités dans le domaine de l’éducation dont la toute récente visite inopinée du Président Mohamed Ould Abdel Aziz à l’IPN (Institut Pédagogique National) et à la Direction des Examens et Concours mardi dernier ou celle programmée du Gouverneur de Nouakchott Nord au Lycée de Toujounine mercredi 8 Avril.

Chez nous, les établissements secondaires et ceux de Nouakchott en particulier sont l’objet de  toutes sortes fréquentation. Il n’est pas rare de constater la présence des invités imprévus dans ces lieux. Il s’agit, entre autres, des élèves inscrits dans d’autres écoles, surtout privées, qui viennent entrer dans des salles de classes à l’insu du professeur à cause du nombre élevé d’effectif. Même des malades mentaux s’introduisent dans ces établissements.

C’est pour dire que les problèmes de l’éducation ne sont pas seulement ceux du faible niveau des élèves, du manque d’infrastructure pédagogique nécessaire et de déficit du personnel… Il faudrait également tenir compte de la sécurité des établissements. Ces derniers ont le plus souvent à leurs portes de vieux gardiens impuissants face aux comportements des adolescents souvent agressifs.

Il n’y a pas longtemps, un surveillant a reçu un coup de poing sur la figure en essayant de séparer deux élèves qui se bagarraient dans un lycée. Un fait qui a été, d’ailleurs, l’objet d’un communiqué du SIPES (Syndicat Indépendant des Professeurs de l’Enseignement Secondaire) en février dernier, soulignant « l’inquiétude des enseignants ».

Enfin, ceux qui ont auront à travailler sur  cette « année de l’enseignement » ont, en perspective, beaucoup de tâches à accomplir.

Amadou Kane

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE