Mauritanie: Ould Vall, Iznogoud ou bon samaritain de la SNIM?

Mauritanie: Ould Vall, Iznogoud ou bon samaritain de la SNIM?

0

Ely Ould Mohamed Vall, président du Conseil Militaire pour la Justice et la Démocratie (CMJD) et chef de l’Etat de Mauritanie (2005/2007) livre sa lecture au sujet de la situation de la Société National Industrielle et Minière (SNIM), dans un document publié jeudi.
Plusieurs d’employés de la plus importante entreprise publique de Mauritanie sont en grève depuis plus de 2 mois. Un mouvement social visant à obtenir la mise en œuvre d’un protocole d’accord comportant une hausse des salaires et des primes de productivité, signé le 03 mai dernier et devant produire ses effets depuis le 31 octobre 2014. Mais pour l’ancien chef de l’Etat, ce mouvement social va au-delà d’une simple revendication de hausse des salaires et primes de productivité pour épouser la forme « d’un cri du cœur des travailleurs visant à mettre fin à la gabegie ».

Accusant sans détour la présidence de gérer directement la SNIM, Ely Ould Mohamed Vall rappelle les bonnes années du prix du minerai de fer et exige la reddition des comptes. Il note que «grâce à l’expansion du marché mondial de fer, la SNIM a engrangé au cours des 5 dernières années des bénéfices nets cumulés de 900 milliards d’ouguiyas (soit 3,3 milliards de dollars)».
L’ex président du CMJD déplore «le fait que l’outil de production n’a pas été modernisé, les conditions de vie des travailleurs sont demeurées les mêmes, la dette n’a pas été remboursée par anticipation ».
L’ancien président de la transition note également les sommes faramineuses (190 milliards d’ouguiyas) versées à l’Etat au titre de dividendes
Alors, « Ou est passée toute cette manne exceptionnelle ?» s’interroge Ely Ould Mohamed Vall, relevant au passage que les rapports annuels de l’entreprise ne sont plus publiés depuis 2010.
Un constat «symptomatique de l’opacité de sa gestion», aux yeux de celui qui semble nourrir le voeux d’être le calife à la place du calife.

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE