TVM: Quand le président interrompt un direct 

TVM: Quand le président interrompt un direct 

0
Retransmis en direct par la télévision nationale, le rendez-vous de Mohamed Abdel Aziz avec la presse, le 26 mars,  au terme d’une tournée dans les régions de l’Est, a viré  à l’inédit cathodique.  Visiblement énervé par l’empressement d’un journaliste du site Essiraj, le président mauritanien a demandé au présentateur de l’émission, Sidi Ould Nemine, d’interrompre le direct.
L’incident a eu lieu lorsque le journaliste,  Ould Wedia, soutenant que l’accord avec le présentateur était de laisser chaque media  poser trois questions,  a voulu prendre le micro alors qu’un autre confrère s’apprêtait à poser sa question. 
En dépit des injonctions présidentielles, le jeune reporter a tenu à s’exprimer donnant lieu à un échange aigre-doux. 

 “je te promets que tu ne poseras qu’une seule question et si tu n’es pas d’accord tu peux te retirer”. 
Après une brève interruption, l’émission a repris. Le jeune journaliste est finalement resté. Cet incident a enlevé du jus à l’émission et déplacé Levcentre de gravité du débat. Au 55e jour de la grève de la SNIM, les mauritaniens s’attendaient à des déclarations fortes. En lieu et place, le président les invite à se rapprocher de la direction générale de la SNIM appelant les employés à reprendre le travail. La déclaration tranchée porte sur le dialogue. Sur ce point précis,  le président déclare ne nourrir aucune volonté changement de constitution attribuant la paternité d’un tel projet à ceux qui caressent l’idée d’un régime parlementaire. Oui pour le dialogue mais sans aucun préalable a-t-il martelé. Pour le moins, les mauritaniens savent désormais que le président se contentera de ses deux mandats, ce qui lui permettra d’aspirer légitimement au prix Mo Ibrahim et à une carrière internationale qui lui tend les bras.
 
mauritanies1

 

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE