Mauritanie: l’opposition pose ses conditions

Mauritanie: l’opposition pose ses conditions

0

Répondant à un appel au dialogue lancé le 04 janvier dernier par le président mauritanien, Mohamed Ould Abdel Aziz, le Forum National pour la Démocratie et l’Unité (FNDU), un collectif composé de partis politiques, syndicats, organisations de la société civile et personnalités indépendantes, a remis au premier Ministre, Yahya Ould Hademine, un document comportant une série de propositions.
Après des rencontres au sommet avec le président de la République et le premier Ministre, l’opposition qui a boycotté les élections législatives de novembre/décembre 2013 et la présidentielle 21 juin 2014, affiche ses bonnes dispositions en faveur d’un débat national inclusif.

Pour les conditions d’une confiance réciproque, le collectif préconise « un gouvernement de consensus ».
Cette première étape doit être suivie « d’un large débat sur toutes les questions nationales, la révision de la composition des institutions chargées de la supervision électorale : à savoir le Conseil Constitutionnel, l’Agence Nationale de l’Etat civil et des documents sécurisés et toutes les directions du ministère de l’intérieur » en vue de les placer sous la direction de personnalités consensuelles.
Le document du FNDU évoque également l’exigence de la neutralité de l’administration, des forces armées et de sécurité, le plafonnement des budgets des partis politiques à l’occasion des élections…..
Plusieurs tentatives de nouer un dialogue entre le pouvoir et l’opposition en Mauritanie se sont soldées par des échecs depuis le putsch du 06 août.
La feuille de route du FNDU est publiée après une série de propositions du pouvoir et du leader de l’Alliance Populaire Progressiste (APP-opposition parlementaire) et président du Conseil Economique et Social (CES), Messaoud Ould Boulkheir, relatives au dialogue.

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE