La militante et le «Fatwaseur»

La militante et le «Fatwaseur»

0

C’est l’histoire d’une femme de coeur, du genre qu’on aimerait  avoir comme mère, soeur, tante, ou tout au moins voir dans son
entourage immédiat. Vaillante et la langue bien pendue, quand il s’agit de défendre les droits de l’homme et de pointer  du doigt la ou ça fait mal. Elle est présidente de l’Association des Femmes chefs de Familles et pas que ça.

Circonscrire son action à une association est quasi impossible, car quand on a comme ligne de mire les droits de l’homme et la lutte pour la vie tout simplement, on est obligé de se démultiplier. De fait, Aminettou Mint El Moctar, on la retrouve partout
ou elle peut et doit être pour que les choses avancent.

C’est aussi l’histoire d’un appel au meurtre en règle. C’est un truisme que de dire que l’engagement d’Aminettou Mint El Moctar ne plait pas à tout le monde. Pour avoir demandé le rétablissement du jeune Mauritanien Ould Mkheitir, auteur d’un article jugé «blasphématoire» contre le prophète de l’Islam, dans ses droits, elle a provoqué l’ire des «Amis du prophète».

Ce groupe d’islamistes se dit «Amis du prophète et déclare (ou prêtentd) agir sous la bénédiction d’Allah. Son chef, en «fatwaseur» improvisé, pris d’une illumination subite, demande la mise à mort de la Dame et la confiscation de ses biens.
Mais la cerise sur le gâteau, c’est le silence des autorités qui sont allées jusqu’à débouter la militante des droits de l’Homme de sa plainte pour appel à Meurtre. Oui, être mauritanien, c’est tout un métier.

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE